Inside the FP Story

What Does Family Planning Program Success Look Like?

Episode Summary

In this episode, we introduce this season’s topic: What are the components of a successful family planning program? We then talk with guests from Afghanistan, Kenya, Mozambique, and Senegal, to explore the “secrets” to family planning success.

Episode Notes

www.knowledgesuccess.org/inside-the-fp-story

Episode Transcription

 

SEASON 1, EPISODE 1

What Does Family Planning Program Success Look Like? 

[About “Inside the FP Story” Podcast]

From FP2030 and Knowledge SUCCESS, this is Inside the FP Story—a podcast with family planning professionals, for family planning professionals.

The international family planning field has generated a lot of data, a lot of reports, and a lot of lessons learned. But we don’t often have the opportunity to get behind that information, to hear directly from the people who implemented a program, or who did the analysis, and so we reinvent the wheel or miss the mark because we don’t know what could be really critical in a particular context. Inside the FP Story is that opportunity. 

Each season, we’ll hear directly from program implementers and decision makers from around the world on issues that matter to family planning programs. Through these honest conversations, we’ll learn how we can improve our family planning programs as we work together to build a better future for all.   

[Introduction to the First Season: What Are the Components of a Successful Family Planning Program?]

Narrator While millions around the globe still lack access to contraception, the last decade has brought incredible growth in terms of political support, coalition building, and donor funding for family planning. This has translated into millions more women, girls, and couples having access to life-saving family planning information and services. 

But how did we arrive where we are today? And what’s next in global family planning? Join us as we explore these questions in the first season of our new podcast, “Inside the FP Story,” brought to you by FP2030 and Knowledge SUCCESS. 

To set the scene, let’s rewind back to 2012. Family planning had been neglected as a priority in recent years. Donor support was lagging, and data showed that, worldwide, 220 million women who wanted to avoid pregnancy were not using contraception. So in July of that year, government leaders, donors, and public health experts gathered for the monumental London Summit on Family Planning, hosted by the United Kingdom and the Bill & Melinda Gates Foundation. During the summit, participants formed the FP2020 partnership to put family planning back on the global health agenda. The goal of the partnership was to reach an additional 120 million women and girls with family planning information, services, and supplies by the year 2020, in 69 of the world’s poorest countries. The London Summit, and the partnership that followed, changed the entire landscape for global family planning, thus helping to focus global and country partners towards a common purpose. 

Fast forward to today. 2020 is now behind us. We have made tremendous progress in family planning over the last nine years, and the FP2020 partnership has evolved and grown. Forty-seven of the 69 focus countries officially committed to the FP2020 goal and developed their own unique country goals. 

So how did we, as a collective community, do? Overall, we reached 60 million additional users. While this is far short of the original goal of 120 million additional users, there has been significant progress across many countries. In this podcast season, we’ll highlight the experiences of four countries who have made substantial progress. Our goal is to answer the question: What are the components of a successful family planning program?

In this first episode, we will explore another question: What does family planning success mean? With insights from champions in Afghanistan, Kenya, Mozambique, and Senegal, we will explore the “secrets” to family planning success. Subsequent episodes will dig into the challenges these countries have faced, how they overcame them, and what’s ahead for family planning in this new decade.

[HOW DO WE MEASURE SUCCESS OF FAMILY PLANNING PROGRAMS?]

Narrator  So much goes into a family planning program—from supplies to behavior change to policy efforts, and more. How can we begin to understand what makes up the elements of a successful family planning program? We started by asking two experts in monitoring and evaluation to explain how family planning success is measured. By understanding how we measure success, we can attempt to understand what success means.

Emily Soneveldt is the Director of the Track 20 Project at Avenir Health and Jason Bremner is the Director of Data & Performance Management at FP2030. We asked them what success means from their perspectives. Here’s Emily, followed by Jason.

Emily Sonnevelt So from a personal individual perspective, you know, my motivation would be a woman's ability to achieve their fertility intentions, right. To have the kids she wants when she wants them, would be sort of the end goal. But if you look at it from a lens of monitoring, which is really what we're bringing to the table here, then I think you have to think about it from a system perspective. And that's having a system that values family planning and sees it as an important part of overall health services that a government provides to women and men within their communities. 

Jason Bremner  A family planning program, isn't just the services, but it is also the monitoring system. And, I think that a successful family planning program not only delivers services, but is measuring those outputs and gaining intelligence from the data that comes in to think about what they need to do next. So that's part of family planning program success.

Narrator So success is measured not only at the individual level—empowering individuals and families to make decisions about fertility—but a system-wide level. For our purposes, it’s clear that we need to look system-wide to understand whether family planning programs are successful. 

Now we will dig deeper to see what several successful country programs actually did. 

We spoke with family planning experts in Afghanistan, Kenya, Mozambique, and Senegal to get to the heart of our question: What are the elements of a successful family planning program? Here is what we found.

[POLITICAL SUPPORT]

Narrator One of the key ingredients for success highlighted by all of the country representatives we spoke to is political support. We are highlighting Senegal as a particularly good example of coordinated government leadership that led to family planning success. 

First, let’s look at how far Senegal has come. In 2012, when FP2020 started, just about 10% of women in the country used modern methods of contraception. This percentage doubled to nearly 20% in 2020. Dr. Marème Dia Ndiaye, Family Planning Division Head, Department of Maternal and Child Health, from the Senegal Ministry of Health, attributes Senegal’s family planning success to strong governmental support. 

Dr. Marème Dia Ndiaye (through an interpreter) I think there’s nothing like a commitment at the highest level of government. We saw that the Government of Senegal, like the other governments of the Ouagadougou Partnership, knew that family planning was a strategy to save lives. That’s why it became a national priority. That is what pushed us to create budgeted Costed Implementation Plans. The simple fact that this document exists is proof, a document designed to provide universal access to family planning, because every action in this plan moves us towards improving that access. 

Narrator Emily Sonneveldt agrees.

Emily From my perspective, success in Senegal -- and there has been amazing success over the last many years -- is really driven by leadership within the country, among the government. So Senegal made a decision to elevate its family planning program to a higher level within the ministry of health hierarchy. And with that change comes more autonomy for the program and in turn, that means more autonomy in terms of management and budget. 

But I think an important thing to think about with that change in structure is that government sends messages by the decisions that they make. Right. And so the government of Senegal was sending a message that family planning is an important health program within their package of services. And that overall message was sent at a high level.

Narrator Senegal was also able to take full advantage of the global family planning community to support in-country efforts. The International Family Planning Conference happened in Senegal in 2011, and helped solidify the political will already brewing in the country. Here’s Jason Bremner.

Jason 2011 in Senegal was an important moment. The international family planning community came to Senegal. There was a real effort around that conference to reposition family planning as a political priority. There were some, high level, high gloss presentations that were made to explain the importance of family planning and those were delivered to the president. 

Narrator Advocacy and individual champions within the government—while galvanizing the global movement that was brewing leading up to the London Summit—helped revitalize family planning in Senegal. And the government in Senegal went on to support family planning not only with their words but with their actions as well. This political support in Senegal—and the Costed Implementation Plans that Dr. Marème mentioned—became a sort of catalyst for family planning throughout the West African region.  

[SUSTAINED FINANCING] 

Narrator Which brings us to the next element. Successful family planning programs need to increase and maintain financing over time to realize those political commitments into actions. Kenya is a shining example of this. 

Kenya has shown significant progress since 2012. They have increased the contraceptive prevalence rate for modern methods for all women from 38% to 45%, and the percentage of women with unmet need dropped from 23% to 17%. A founding member of the FP2020 partnership, Kenya achieved its national goal for modern contraceptive prevalence for married women—58%—2015. They then shifted to addressing disparities between different regions of the country. 

Sam Mulyanga, the Advance Family Planning Project Director at Jhpiego in Kenya, explained to us how the country’s political commitments translated into financing wins.

Sam Mulyanga In Kenya family planning is within two ministries, you know. It’s in the Ministry of Health, but it’s also right now in the Ministry of Finance and Planning, or sometimes people call it Treasury and Planning. And that's good news for us. So that was important in terms of the very initial commitments, and we've had over time, the Kenyan government, increasing its financing towards family planning commodities at the national level, then we've had some of the counties allocating funds for programmatic purposes at the county level. We also had both counties and also the national government coming up with family planning costed plans. 

Narrator Over the last decade, Kenya has been working through the process of devolution, which has transferred significant authority for health services to the counties. While the central government has a crucial role in coordinating and setting priorities, 22 of Kenya’s 47 counties have now launched their own costed implementation plans for family planning and are allocating family planning resources through county budgets. Costed implementation plans are multiyear road maps with clear, actionable steps that help countries, and in the case of Kenya, specific counties, achieve their family planning goals. 

Sam By having some of the counties at devolved levels to develop their own subnational family planning costed plans, this in a way gave a spotlight on family planning and in some counties, it also, sort of assisted—especially advocates—to keep on advocating for allocations of funds to implement those costed strategies. 

Narrator Addressing financing in the context of devolution has been crucial for Kenya’s success. And, importantly, Kenya is contributing more domestic funding towards family planning. They now have a new co-financing agreement with donors—this can help ensure stable funding for commodities and can also address some of the uncertainty introduced by the devolution process. 

[CONTRACEPTIVE SECURITY]

Narrator Once you have political commitment and financial investments, what’s next? Contraceptive security! This means ensuring every person is able to choose, obtain, and use contraceptives whenever they need them. Afghanistan was particularly successful at improving monitoring, coordination, and data systems to expand the range of available contraceptive options and improve the supply of those methods.

Dr. Ghutai Sadeq Yaqubi, the former Acting Director, Reproductive Mother, Newborn, Child and Adolescent Health at the Afghanistan Ministry of Public Health, provided some context about the situation before 2016, when they signed the commitment to FP2020.

Dr. Ghutai Sadeq Yqubi We had a lot of difficulties supplying family planning commodities at health facility level, and also there was only focusing on short-term methods at service delivery level by health care providers. And also the lack of an adequate, especially in the skill of healthcare providers on counseling and provision of new family planning methods, were weak. 

Narrator To address the issues that Dr. Ghutai mentioned—limited method choice and lack of skilled health care providers—the government increased the number of public health facilities offering contraception. But beyond this—because the government recognized challenges with the public infrastructure—they had to take a different strategy. Here’s Emily Sonneveldt.

Emily The government has kind of taken an interesting approach where they actually give contracts to different NGOs to provide family planning services in provinces. So they're being innovative in how they look at providing family planning services with an acknowledgement that there are some limitations to the public infrastructure that they're able to manage and implement. 

Narrator Afghanistan has leveraged the NGOs and the private sector to improve contraceptive method choice throughout the country. But with more partners, it can be difficult to monitor and manage the supply chain. In order for this model to work, Afghanistan needed to carefully coordinate among different partners. Here is Dr Ghutai.

Dr. Ghutai The one thing that is very important for the Ministry of Public Health and RMNCH. It was [the] establishment of a unique and very good coordination mechanism for decision-making, for information sharing, for coordination and collaboration to build up the family planning service delivery and service provision at country level. 

Narrator In 2017, a year after joining the FP2020 partnership, the government commissioned a study on attitudes toward contraception, including religious beliefs, and the resulting recommendations helped shape Afghanistan’s first family planning costed implementation plan, which started in 2018 and goes through 2022. 

Since joining FP2020, Afghanistan has revitalized their postpartum IUD program. They’ve also added implants and the subcutaneous DMPA injectable contraception (also known as Sayana Press) to their Essential Medicines List, and have also supported the introduction of the progestin-only pill in the private sector. In 2012, four years before officially committing as an FP2020 country, their contraceptive prevalence rate was about 17%, and it rose to 22% by 2020. 

[INTEGRATION OF FAMILY PLANNING WITH OTHER SECTORS]

Narrator The next element of family planning success that we’ll explore is integration of family planning with other sectors. Mozambique is a great example of this. In the context of a range of health and development priorities, they have been able to bring different sectors together to revitalize their family planning program. Here are Jason and Emily with some context.

Jason Mozambique had a thriving program, and then they were affected by conflict and war. And I think a story that we're seeing in Mozambique and a part of the reason that we've seen this fast growth is, it's sort of a return to normalcy, a pent-up desire for services amongst a population.

Emily Mozambique is also really a story of a government health system that was struggling to respond to the HIV epidemic. And so within that sort of really intense epidemic, there wasn't a lot of time or space for family planning to be a really big part of the conversation.

Narrator Mozambique kickstarted their program after committing to FP2020 in 2012, and they have consistently had the fastest growing modern contraceptive prevalence rate among all FP2020 countries. The rate increased from 14% in 2012 to 36% in 2020. Mozambique created a program involving multiple ministries and has expanded access to a range of contraceptive choices. Here is Dr. Riaz Mobaracaly, Country Director of Pathfinder International in Mozambique. 

Dr. Riaz Mobaracaly Mozambique has one of the biggest multi-ministry programs, which includes Ministry of Education, Ministry of Youth, and Ministry of Health. I'm talking about having other politicians, other decision makers talking about FP bringing the impact of FP in overall country approaches.

Narrator Mozambique was able to mobilize this multi-sectoral coalition to support the integration of family planning into other services within the country. This greatly improved access to family planning in the country. Here is Dr. Raquel Zaqueu Das Neves, Maternal and Child Health/Family Planning Project Management Specialist of USAID, Mozambique:

Dr. Raquel Zaqueu Das Neves The government also has put in place integration policy, which is integration of family planning in different entry points. This was to allow, to catch people with missed opportunities in different entry points at the health facilities. 

Narrator Mozambique has successfully added family planning to its mobile outreach units, which provide a range of services to rural communities—including HIV and maternal and child health. Multi-sectoral integration of family planning has helped Mozambique increase method choice, meet the needs of young people, improve the supply chain for contraception, and be more resilient in the face of natural disasters.

[EFFECTIVE COMMUNICATION]

Narrator Alongside enabling environment and service delivery elements, successful family planning programs also pay attention to communication and targeted messaging. While not alone in implementing a mass media campaign, Senegal is a particularly good example of how a national campaign was used to increase understanding and acceptance of family planning. 

The campaign was called Moytou Nef, which means “avoid closely spaced births'' in Wolof. It responded directly to cultural challenges with implementing family planning in Senegal. Here is Dr. Mareme talking about how the campaign was developed.

Dr. Marème (through an interpreter)  In Senegal, I think we can highlight that in everything we do for family planning, we take social norms into account. What we can learn from the campaign we led in Senegal is that the concept presented was honestly a concept everyone agreed upon: Moytou Nef, or avoid closely spaced pregnancies. We just had to put A and B together and show that when pregnancies happen too close together, that can create problems, not only for the mother but also for the newborn. 

Narrator Fatimata Sy, former Executive Director of the Ouagadougou Partnership, explains the success of the campaign.

Fatimata Sy (through an interpreter) Another thing that truly impressed me about Senegal, that I suggested other African countries might draw inspiration from, was a campaign called Moytou Nef. It really was something unique! This campaign lasted a year! Throughout that year, the campaign used all communication channels: radio shows, TV shows, caravans—with involvement of all stakeholders—young FP ambassadors, networks of legislators, religious leaders—everyone was invested in it. It was truly something extraordinary! We could say that this was a huge success for Senegal. 

[YOUTH ENGAGEMENT]

Narrator Nearly everyone we spoke to mentioned the importance of including youth within family planning programs. Kenya is an example of our next element of family planning success—youth engagement. 

Beverly Nkirote, Programme Officer at the Network For Adolescents and Youth of Africa (NAYA) in Kenya, talked about the importance of tailoring family planning services to youth and addressing their unique issues. 

Beverly Nkirote With the mileage that the country has made in terms of integrating youth-friendly services within existing health structures at the private and public facilities, I think has really helped young people to feel more comfortable and safe in going for the services. And also the aspect of training the health providers so as to demystify the myths and misconceptions and reduce stigma and discrimination against young people going for the services. I think as a country there’s been growth and tremendous effort in terms of ensuring that young people and adolescents are able to access FP services and commodities.

Narrator Beverly, who also serves as an FP2020 Youth Focal Point in Kenya, described the importance of including youth in decisions about family planning and reproductive health programs:

Beverly Young people are brought to the table and they themselves can be able to speak on the challenges they face in terms of accessibility of FP services, and not only FP services but across the board of SRHR, gaps that they face. I feel that has been quite instrumental in ensuring that they have that voice of young people. 

Narrator Increased youth engagement has helped Kenya better serve young people and adapt to their diverse needs.

[DATA USE]

Narrator As mentioned previously, Afghanistan worked to improve their contraceptive method mix through partnership and coordination. Another important element that helped them succeed was a strong data system. Emily Sonneveldt described the importance of data in Afghanistan. 

Emily They've done a really good job of collecting and managing data. Afghanistan actively manages their data and their information that comes in. Those NGO contracts that have been given for the provinces, they have linked directly their services and data to a ministry-controlled RMNCH dashboard. They’re updated and reviewed regularly. Information is not only fed to the government, it's fed back to the partners. It's fed back to the provinces, and there’s active, ongoing discussion around the data all the time.  

Narrator This trusted data is used effectively in Afghanistan for decision-making, which has contributed to their successful family planning program. 

[TASK SHARING]

Narrator One way Mozambique was able to integrate family planning into other health services was through task sharing—another widely mentioned element of family planning success. Task sharing is the process of redistributing health tasks and responsibilities to a variety of health cadres, with the goal of offering services to more people. With additional family planning providers, Mozambique was able to expand the method mix and improve access. Here is Dr. Raquel.

Dr. Raquel Access to family planning was also expanded to include communities with low access. I will say that now we have family planning being distributed at the community level by community health workers, which is something that we have different types of cadres providing family planning.

Narrator And Dr. Riaz explains how Mozambique used task sharing to train additional family planning providers. 

Dr. Riaz Engaging in training other providers that are not maternal and child health nurses. Because it was a big, mostly [those] who offer the FP methods are the maternal child health nurses. But then there was this whole task sharing, task shifting, and task sharing trainings to ensure that the other providers could also offer FP services. 

[Conclusion] 

Narrator Successful programs have strong political will, maintain funding over time, coordinate effectively with partners, integrate family planning into various sectors, communicate effectively, involve youth, use data to make decisions, and employ task sharing. These eight elements give us a window into the ways that Afghanistan, Kenya, Mozambique, and Senegal have been able to better meet the contraceptive needs of women and men, young girls and boys, couples and families. 

But these country experiences were not without obstacles. Join us in two weeks on the next episode to hear more about the challenges they encountered, and how they adapted. 

[Credits]

Inside the FP Story is a podcast produced by FP2030 and the Knowledge SUCCESS project. This episode was written by Sarah Harlan and edited and mixed by Elizabeth Tully. It was supported by an additional team, including Ruwaida Salem, Brittany Goetsch, Alex Omari, Aissatou Thioye, Anne Kott, Laura Raney, and Sofia Heffernan.  

Special thanks to our guests Beverly Nkirote, Emily Sonneveldt, Fatimata Sy, Ghutai Sadeq Yaqubi, Jason Bremner, Marème Dia Ndiaye, Raquel Zaqueu Das Neves, Riaz Mobaracaly, and Sam Mulyanga.

The opinions in this podcast do not necessarily reflect the views of USAID or the United States Government. 

If you have any questions or suggestions for future episodes, feel free to reach out to us at info@knowledgesuccess.org

Thank you for listening.

__________________________________________________________

SAISON 1, ÉPISODE 1

A quoi ressemble le succès d'un programme de planification familiale ? 

[A propos du podcast : L'histoire de la PF « Inside the FP Story »]

De FP2030 et Knowledge SUCCESS, voici L'histoire de la PF « Inside the FP Story » - un podcast avec des professionnels de la planification familiale, pour les professionnels de planification familiale.

Le domaine international de la planification familiale a généré beaucoup de données, beaucoup de rapports et beaucoup d'enseignements. Mais nous n'avons pas souvent l'occasion d'accéder à ces informations, d'entendre directement les personnes qui ont mis en œuvre un programme ou qui ont effectué une analyse, et nous réinventons donc la roue ou manquons la cible parce que nous ne savons pas ce qui pourrait être vraiment essentiel dans un contexte particulier. Cette opportunité se trouve dans l'histoire de la PF « Inside the FP Story ». 

Chaque saison, nous entendrons directement les responsables de la mise en œuvre des programmes et les décideurs du monde entier sur les questions qui comptent pour les programmes de planification familiale. Grâce à ces conversations honnêtes, nous apprendrons comment améliorer nos programmes de planification familiale tout en travaillant ensemble à la construction d'un meilleur avenir pour tous.   

[Introduction à la première saison : Quelles sont les composantes d'un programme de planification familiale réussi ?]

Narrateur  Alors que des millions de personnes dans le monde n'ont toujours pas accès à la contraception, la dernière décennie a vu une croissance incroyable en termes de soutien politique, de création de coalitions et de financement des donateurs pour la planification familiale. Cela s'est traduit par des millions de femmes, de filles et de couples supplémentaires ayant accès à des informations et à des services de planification familiale vitaux. 

Mais comment sommes-nous arrivés là où nous sommes aujourd'hui ? Et quelle est la prochaine étape de la planification familiale mondiale ? Rejoignez-nous pour explorer ces questions dans la première saison de notre nouveau podcast, L'histoire de la PF « Inside the FP Story », proposé par FP2030 et Knowledge SUCCESS. 

Pour illustrer nos propos, revenons en arrière, en 2012. La planification familiale a été négligée en tant que priorité au cours des dernières années. Le soutien des donateurs était insuffisant et les données montraient que, dans le monde entier, 220 millions de femmes souhaitant éviter une grossesse n'utilisaient pas de contraception. En juillet de cette année-là, des chefs de gouvernement, des donateurs et des experts en santé publique se sont donc réunis pour le monumental sommet de Londres sur la planification familiale, organisé par le Royaume-Uni et la Fondation Bill et Melinda Gates. Au cours du sommet, les participants ont formé le partenariat FP2020 pour remettre la planification familiale à l'ordre du jour de la santé mondiale. L'objectif de ce partenariat était d'offrir à 120 millions de femmes et de filles supplémentaires des informations, des services et des fournitures en matière de planification familiale d'ici 2020, dans 69 des pays les plus pauvres du monde. Le sommet de Londres, et le partenariat qui a suivi, a changé le paysage de la planification familiale mondiale, contribuant ainsi à orienter les partenaires mondiaux et nationaux vers un objectif commun. 

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui. L'année 2020 est maintenant derrière nous. Nous avons fait d'énormes progrès en matière de planification familiale au cours des neuf dernières années, et le partenariat FP2020 a évolué et s'est développé. Quarante-sept des 69 pays ciblés se sont officiellement engagés à atteindre l'objectif du FP2020 et ont développé leurs propres objectifs nationaux. 

Alors comment avons-nous fait, en tant que communauté collective ? Au total, nous avons atteint 60 millions d'utilisateurs supplémentaires. Bien que ce chiffre soit loin de l'objectif initial de 120 millions d'utilisateurs supplémentaires, des progrès significatifs ont été réalisés dans de nombreux pays. Dans cette saison de podcasts, nous mettrons en lumière les expériences de quatre pays qui ont fait des progrès substantiels. Notre objectif est de répondre à la question : Quelles sont les composantes d'un programme de planification familiale réussi ?

Dans ce premier épisode, nous allons explorer une autre question : Que signifie la réussite de la planification familiale ? Grâce à l'expérience de champions en Afghanistan, au Kenya, au Mozambique et au Sénégal, nous explorerons les « secrets » de la réussite de la planification familiale. Les épisodes suivants s'intéresseront aux défis auxquels ces pays ont été confrontés, à la manière dont ils les ont surmontés et à ce qui attend la planification familiale au cours de cette nouvelle décennie.

[COMMENT MESURER LE SUCCÈS DES PROGRAMMES DE PLANIFICATION FAMILIALE ?]

Narrateur Un programme de planification familiale comporte de nombreux éléments, des fournitures aux changements de comportement, en passant par les efforts politiques, etc. Comment pouvons-nous commencer à comprendre ce qui constitue les éléments d'un programme de planification familiale réussi ? Nous avons commencé par demander à deux experts en suivi et évaluation d'expliquer comment on mesure le succès de la planification familiale. En comprenant comment nous mesurons le succès, nous pouvons tenter de comprendre ce que signifie le succès.

Emily Soneveldt est la directrice du projet Track 20 chez Avenir Health et Jason Bremner est le directeur de la gestion des données et de la performance chez FP2030. Nous leur avons demandé ce que signifie le succès selon eux. Voici Emily, suivie de Jason.

Emily Sonnevelt  Donc, d'un point de vue personnel, vous savez, ma motivation serait la capacité d'une femme à réaliser ses intentions en matière de fertilité, n'est-ce pas ? Avoir les enfants qu'elle veut quand elle les veut, serait en quelque sorte le but final. Mais si l'on se place du point de vue de la surveillance, ce qui est vraiment ce que nous apportons ici, alors je pense qu'il faut y réfléchir du point de vue du système. Et cela passe par un système qui valorise la planification familiale et la considère comme une partie importante des services de santé généraux qu'un gouvernement fournit aux femmes et aux hommes au sein de leurs communautés. 

Jason Bremner  Un programme de planification familiale, ce n'est pas seulement les services, c'est aussi le système de suivi. Et je pense qu'un programme de planification familiale réussi ne se contente pas de fournir des services, mais mesure ces résultats et tire des enseignements des données qui lui parviennent pour réfléchir à ce qu'il doit faire ensuite. Cela fait donc partie de la réussite des programmes de planification familiale.

Narrateur Le succès est donc mesuré non seulement au niveau individuel, en donnant aux individus et aux familles les moyens de prendre des décisions en matière de fertilité, mais aussi au niveau du système dans son ensemble. En ce qui nous concerne, il est clair que nous devons examiner l'ensemble du système pour comprendre si les programmes de planification familiale sont efficaces. 

Nous allons maintenant creuser plus profondément pour voir ce que plusieurs programmes nationaux réussis ont réellement fait. 

Nous nous sommes entretenus avec des experts en planification familiale en Afghanistan, au Kenya, au Mozambique et au Sénégal pour aller au cœur de notre question : Quels sont les éléments d'un programme de planification familiale réussi ? Voici ce que nous avons trouvé.

[SOUTIEN POLITIQUE]

Narrateur L'un des ingrédients clés de la réussite mis en avant par tous les représentants des pays auxquels nous avons parlé est le soutien politique. Nous soulignons le Sénégal comme un exemple particulièrement bon de leadership gouvernemental coordonné qui a conduit au succès de la planification familiale. 

Tout d'abord, regardons le chemin parcouru par le Sénégal. En 2012, lorsque FP2020 a démarré, à peine 10 % des femmes du pays utilisaient des méthodes modernes de contraception. Ce pourcentage a doublé pour atteindre près de 20 % en 2020. Le Dr Marème Dia Ndiaye, chef de la division de la planification familiale au département de la santé maternelle et infantile du ministère sénégalais de la santé, attribue le succès de la planification familiale au Sénégal à un fort soutien gouvernemental. 

Dr Marème Dia Ndiaye (par l'intermédiaire d'un interprète) Je pense qu'il n'y a rien de tel qu'un engagement au plus haut niveau du gouvernement. Nous avons vu que le gouvernement du Sénégal, comme les autres gouvernements du partenariat d'Ouagadougou, savait que la planification familiale était une stratégie pour sauver des vies. C'est pourquoi il est devenu une priorité nationale. C'est ce qui nous a poussés à créer des plans de mise en œuvre chiffrés et budgétisés. Le simple fait que ce document existe est une preuve, un document conçu pour fournir un accès universel à la planification familiale, car chaque action de ce plan nous fait progresser vers l'amélioration de cet accès. 

Narrateur Emily Sonneveldt est d'accord.

Emily De mon point de vue, le succès au Sénégal - et il y a eu des succès étonnants au cours des dernières années - est vraiment dû au leadership dans le pays, au sein du gouvernement. Le Sénégal a donc pris la décision d'élever son programme de planification familiale à un niveau supérieur dans la hiérarchie du ministère de la santé. Ce changement s'accompagne d'une plus grande autonomie pour le programme, ce qui signifie une plus grande autonomie en termes de gestion et de budget. 

Mais je pense qu'une chose importante à laquelle il faut penser avec ce changement de structure est que le gouvernement envoie des messages par les décisions qu'il prend. Bien. Le gouvernement sénégalais a donc fait passer le message que la planification familiale est un programme de santé important dans son ensemble de services. Et ce message global a été envoyé à un niveau élevé.

Narrateur Le Sénégal a également pu profiter pleinement de la communauté mondiale de planification familiale pour soutenir les efforts du pays. La Conférence internationale sur la planification familiale, qui s'est tenue au Sénégal en 2011, a contribué à renforcer la volonté politique qui se dessinait déjà dans le pays. Voici Jason Bremner.

Jason L'année 2011 au Sénégal a été un moment important. La communauté internationale de la planification familiale est venue au Sénégal. Un réel effort a été fait autour de cette conférence pour repositionner la planification familiale comme une priorité politique. Des présentations de haut niveau ont été faites pour expliquer l'importance de la planification familiale et elles ont été remises au président. 

Narrateur Le plaidoyer et les champions individuels au sein du gouvernement - tout en galvanisant le mouvement mondial qui se préparait avant le sommet de Londres - ont contribué à revitaliser la planification familiale au Sénégal. Et le gouvernement sénégalais a continué à soutenir la planification familiale non seulement en paroles mais aussi en actes. Ce soutien politique au Sénégal et les plans de mise en œuvre chiffrés que le Dr Marème a mentionnés, sont devenus une sorte de catalyseur pour la planification familiale dans toute la région de l'Afrique de l'Ouest. 

[FINANCEMENT SOUTENU] 

Narrateur Ce qui nous amène à l'élément suivant. Pour réussir, les programmes de planification familiale doivent augmenter et maintenir le financement au fil du temps afin de traduire ces engagements politiques en actions. Le Kenya en est un brillant exemple. 

Le Kenya a enregistré des progrès significatifs depuis 2012. Ils ont fait passer le taux de prévalence des méthodes modernes de contraception pour toutes les femmes de 38 % à 45 %, et le pourcentage de femmes dont les besoins ne sont pas satisfaits est passé de 23 % à 17 %. Membre fondateur du partenariat FP2020, le Kenya a atteint son objectif national en matière de prévalence des contraceptifs modernes pour les femmes mariées - 58 % - en 2015. Ils se sont ensuite penchés sur les disparités entre les différentes régions du pays. 

Sam Mulyanga, directeur du projet, Faire progresser la planification familiale « Advance Family Planning » chez Jhpiego au Kenya, nous a expliqué comment les engagements politiques du pays se sont traduits par des victoires financières.

Sam Mulyanga Au Kenya, la planification familiale relève de deux ministères, vous savez. Il se trouve au ministère de la santé, mais aussi en ce moment au ministère des finances et de la planification, ou parfois on l'appelle Trésor et planification. Et c'est une bonne nouvelle pour nous. C'était donc important en termes d'engagements initiaux, et au fil du temps, le gouvernement kenyan a augmenté son financement pour les produits de planification familiale au niveau national, puis certains comtés ont alloué des fonds à des fins programmatiques au niveau du comté. Les comtés et le gouvernement national ont également présenté des plans chiffrés de planification familiale. 

Narrateur Au cours de la dernière décennie, le Kenya s'est engagé dans un processus de dévolution, qui a transféré aux comtés une part importante des pouvoirs en matière de services de santé. Si le gouvernement central joue un rôle crucial dans la coordination et la fixation des priorités, 22 des 47 comtés du Kenya ont désormais lancé leurs propres plans de mise en œuvre chiffrés pour la planification familiale et allouent des ressources à cet effet par le biais des budgets des comtés. Les plans de mise en œuvre chiffrés sont des feuilles de route pluriannuelles comportant des étapes claires et exploitables qui aident les pays, et dans le cas du Kenya, des comtés spécifiques, à atteindre leurs objectifs en matière de planification familiale. 

Sam En demandant à certains comtés aux niveaux déconcentrés de développer leurs propres plans infranationaux de planification familiale chiffrés, cela a en quelque sorte donné un coup de projecteur sur la planification familiale et, dans certains comtés, cela a également aidé, et en particulier les défenseurs, à continuer à plaider pour l'allocation de fonds afin de mettre en œuvre ces stratégies chiffrées. 

Narrateur La prise en compte du financement dans le contexte de la décentralisation a été cruciale pour le succès du Kenya. Et, fait important, le Kenya consacre davantage de fonds nationaux à la planification familiale. Ils disposent désormais d'un nouvel accord de cofinancement avec les donateurs, ce qui peut contribuer à garantir un financement stable pour les produits de base et peut également remédier à certaines des incertitudes introduites par le processus de dévolution. 

[SÉCURITÉ DES CONTRACEPTIFS]

Narrateur Une fois l'engagement politique et les investissements financiers obtenus, quelle est la suite ? Sécurité des contraceptifs : Cela signifie qu'il faut veiller à ce que chaque personne puisse choisir, obtenir et utiliser des contraceptifs lorsqu'elle en a besoin. L'Afghanistan a particulièrement bien réussi à améliorer les systèmes de suivi, de coordination et de données afin d'élargir la gamme des options contraceptives disponibles et d'améliorer l'offre de ces méthodes.

Le Dr Ghutai Sadeq Yaqubi, ancien directeur par intérim de la santé reproductive de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent au ministère afghan de la santé publique, a présenté le contexte de la situation avant 2016, lorsqu'ils ont signé l'engagement envers FP2020.

Dr Ghutai Sadeq Yqubi Nous avons eu beaucoup de difficultés à fournir des produits de planification familiale au niveau des établissements de santé, et les prestataires de soins de santé ne se concentraient que sur les méthodes à court terme au niveau de la prestation de services. Et aussi le manque de compétences adéquates, en particulier dans la compétence des prestataires de soins de santé sur le conseil et la fourniture de nouvelles méthodes de planification familiale, étaient faibles. 

Narrateur Pour résoudre les problèmes mentionnés par le Dr Ghutai (choix limité de méthodes et manque de prestataires de soins de santé qualifiés), le gouvernement a augmenté le nombre d'établissements de santé publique offrant des services de contraception. Mais au-delà de cela, parce que le gouvernement a reconnu les difficultés de l'infrastructure publique, ils ont dû adopter une stratégie différente. Voici Emily Sonneveldt.

Emily Le gouvernement a adopté une approche intéressante en attribuant des contrats à différentes ONG pour fournir des services de planification familiale dans les provinces. Ils font donc preuve d'innovation dans leur façon d'envisager la prestation de services de planification familiale, tout en reconnaissant que l'infrastructure publique qu'ils sont en mesure de gérer et de mettre en œuvre présente certaines limites. 

Narrateur L'Afghanistan s'est appuyé sur les ONG et le secteur privé pour améliorer le choix des méthodes contraceptives dans tout le pays. Mais avec un plus grand nombre de partenaires, il peut être difficile de surveiller et de gérer la chaîne d'approvisionnement. Pour que ce modèle fonctionne, l'Afghanistan a dû coordonner soigneusement les différents partenaires. Voici le Dr Ghutai.

Dr Ghutai La chose qui est très importante pour le ministère de la santé publique et la stratégie en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile« Reproductive, maternal, newborn, and child health (RMNCH) ». Il s'agissait de la mise en place d'un mécanisme de coordination unique et très efficace pour la prise de décision, le partage d'informations, la coordination et la collaboration afin de renforcer la prestation de services de planification familiale au niveau national. 

Narrateur En 2017, un an après avoir rejoint le partenariat FP2020, le gouvernement a commandé une étude sur les attitudes à l'égard de la contraception, y compris les croyances religieuses, et les recommandations qui en ont résulté ont contribué à façonner le premier plan de mise en œuvre chiffré de la planification familiale en Afghanistan, qui a débuté en 2018 et s'étend jusqu'en 2022. 

Depuis son adhésion à FP2020, l'Afghanistan a revitalisé son programme d'insertion du dispositif intra-utérin (DIU) au cours du post-partum. Ils ont également ajouté les implants et la contraception injectable d'acétate de médroxyprogestérone en dépôt (DMPA) sous-cutanée (également connue sous le nom de Sayana Press) à leur liste de médicaments essentiels, et ont également soutenu l'introduction de la pilule progestative dans le secteur privé. En 2012, quatre ans avant de s'engager officiellement en tant que pays FP2020, leur taux de prévalence contraceptive était d'environ 17 %, et il est passé à 22 % d'ici 2020. 

[INTÉGRATION DE LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS D'AUTRES SECTEURS]

Narrateur Le prochain élément de réussite de la planification familiale que nous allons explorer est l'intégration de la planification familiale dans d'autres secteurs. Le Mozambique en est un bon exemple. Dans le contexte d'une série de priorités en matière de santé et de développement, ils ont réussi à rassembler différents secteurs pour revitaliser leur programme de planification familiale. Voici Jason et Emily avec un peu de contexte.

Jason Le Mozambique avait un programme florissant, puis il a été touché par le conflit et la guerre. Et je pense qu'une histoire que nous voyons au Mozambique et une partie de la raison pour laquelle nous avons vu cette croissance rapide, c'est une sorte de retour à la normale, un désir refoulé de services parmi une population.

Emily Le Mozambique est aussi l'histoire d'un système de santé public qui avait du mal à répondre à l'épidémie de VIH. Dans le cadre de cette épidémie très intense, il n'y avait pas beaucoup de temps ou d'espace pour que la planification familiale fasse partie intégrante de la conversation.

Narrateur Le Mozambique a lancé son programme après s'être engagé dans le FP2020 en 2012, et il a toujours eu le taux de prévalence de la contraception moderne qui a augmenté le plus rapidement parmi tous les pays duFP2020. Ce taux est passé de 14 % en 2012 à 36 % en 2020. Le Mozambique a créé un programme impliquant plusieurs ministères et a élargi l'accès à une gamme de choix de contraceptifs. Voici le Dr Riaz Mobaracaly, directeur national de Pathfinder International au Mozambique. 

Dr Riaz Mobaracaly Le Mozambique a l'un des plus grands programmes multi-ministériels, qui comprend le ministère de l'éducation, le ministère de la jeunesse et le ministère de la santé. Je parle d'avoir d'autres politiciens, d'autres décideurs qui parlent de la PF en apportant l'impact de la PF dans les approches globales du pays.

 

Narrateur Le Mozambique a pu mobiliser cette coalition multisectorielle pour soutenir l'intégration de la planification familiale dans d'autres services du pays. Cela a considérablement amélioré l'accès à la planification familiale dans le pays. Voici le Dr Raquel Zaqueu Das Neves, spécialiste de la gestion des projets de santé maternelle et infantile/planification familiale de l'USAID, au Mozambique :

Dr Raquel Zaqueu Das Neves Le gouvernement a également mis en place une politique d'intégration, qui consiste à intégrer la planification familiale dans différents points d'entrée. Cela permettait d'attraper les personnes ayant manqué des opportunités dans les différents points d'entrée des établissements de santé. 

Narrateur Le Mozambique a réussi à ajouter la planification familiale à ses unités mobiles de proximité, qui fournissent toute une série de services aux communautés rurales, notamment en matière de VIH et de santé maternelle et infantile. L'intégration multisectorielle de la planification familiale a aidé le Mozambique à élargir le choix des méthodes, à répondre aux besoins des jeunes, à améliorer la chaîne d'approvisionnement en contraceptifs et à être plus résilient face aux catastrophes naturelles.

[COMMUNICATION EFFICACE]

Narrateur Outre les éléments relatifs à l'environnement favorable et à la prestation de services, les programmes de planification familiale efficaces accordent également une attention particulière à la communication et aux messages ciblés. Bien qu'il ne soit pas le seul à avoir mis en œuvre une campagne dans les médias, le Sénégal est un exemple particulièrement bon de la manière dont une campagne nationale a été utilisée pour améliorer la compréhension et l'acceptation de la planification familiale. 

La campagne s'appelait Moytou Nef, ce qui signifie « éviter les naissances rapprochées » en wolof. Il répondait directement aux défis culturels liés à la mise en œuvre de la planification familiale au Sénégal. Voici le Dr Mareme qui explique comment la campagne a été élaborée.

Dr Marème (par l'intermédiaire d'un interprète) Au Sénégal, je pense que nous pouvons souligner que dans tout ce que nous faisons pour la planification familiale, nous tenons compte des normes sociales. Ce que nous pouvons apprendre de la campagne que nous avons menée au Sénégal, c'est que le concept présenté était honnêtement un concept sur lequel tout le monde était d'accord : Moytou Nef, ou éviter les grossesses rapprochées. Il nous a suffi d'allier le A et le B et de montrer que lorsque les grossesses sont trop rapprochées, cela peut créer des problèmes, non seulement pour la mère mais aussi pour le nouveau-né. 

Narrateur Fatimata Sy, ancienne directrice exécutive du partenariat d'Ouagadougou, explique le succès de la campagne.

Fatimata Sy (par l'intermédiaire d'un interprète) Une autre chose qui m'a vraiment impressionné au Sénégal, et dont j'ai suggéré que d'autres pays africains pourraient s'inspirer, est une campagne appelée Moytou Nef. C'était vraiment quelque chose d'unique ! Cette campagne a duré un an ! Tout au long de cette année, la campagne a utilisé tous les canaux de communication : émissions de radio, émissions de télévision, caravanes - avec la participation de toutes les parties prenantes - jeunes ambassadeurs de la PF, réseaux de législateurs, chefs religieux - tout le monde s'y est investi. C'était vraiment quelque chose d'extraordinaire ! On peut dire que c'est un grand succès pour le Sénégal. 

[ENGAGEMENT DES JEUNES]

Narrateur Presque tous nos interlocuteurs ont mentionné l'importance d'inclure les jeunes dans les programmes de planification familiale. Le Kenya est un exemple de notre prochain élément de réussite en matière de planification familiale : l'engagement des jeunes. 

Beverly Nkirote, chargée de programme au Network For Adolescents and Youth of Africa (NAYA) au Kenya, a parlé de l'importance d'adapter les services de la planification familiale aux jeunes et de répondre à leurs problèmes spécifiques. 

Beverly Nkirote      Je pense que les progrès réalisés par le pays en termes d'intégration de services adaptés aux jeunes dans les structures de santé existantes, tant dans les établissements publics que privés, ont vraiment aidé les jeunes à se sentir plus à l'aise et plus en sécurité pour accéder à ces services. Il s'agit également de former les prestataires de soins de santé afin de démystifier les mythes et les idées fausses et de réduire la stigmatisation et la discrimination à l'encontre des jeunes qui font appel à ces services. Je pense qu'en tant que pays, il y a eu une croissance et des efforts considérables pour faire en sorte que les jeunes et les adolescents puissent avoir accès aux services et aux produits de PF.

Narrateur Beverly, qui sert également de Point Focal Jeunesse FP2020 au Kenya, a décrit l'importance d'inclure les jeunes dans les décisions concernant les programmes de planification familiale et de santé reproductive :

Beverly Les jeunes sont amenés à la table et ils peuvent eux-mêmes parler des défis auxquels ils sont confrontés en termes d'accessibilité aux services de PF, et pas seulement aux services de PF mais à tous les aspects de la santé et des droits sexuels et reproductifs, et des lacunes auxquelles ils sont confrontés. Je pense que cela a été très utile pour s'assurer qu'ils ont la voix des jeunes. 

Narrateur L'engagement accru des jeunes a aidé le Kenya à mieux servir les jeunes et à s'adapter à leurs divers besoins.

[UTILISATION DES DONNÉES]

Narrateur Comme mentionné précédemment, l'Afghanistan s'est efforcé d'améliorer son éventail de méthodes contraceptives grâce au partenariat et à la coordination. Un autre élément important qui a contribué à leur réussite est un système de données solide. Emily Sonneveldt a décrit l'importance des données en Afghanistan. 

Emily Ils ont fait un très bon travail de collecte et de gestion des données. L'Afghanistan gère activement ses données et les informations qui lui parviennent. Les ONG qui ont obtenu des contrats pour les provinces ont directement lié leurs services et leurs données à un tableau de bord de la stratégie en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile« Reproductive, maternal, newborn, and child health (RMNCH) » contrôlé par le ministère. Les données sont mises à jour et révisés régulièrement. L'information n'est pas seulement transmise au gouvernement, elle est également transmise aux partenaires. Les données sont transmises aux provinces et font l'objet d'une discussion active et permanente. 

Narrateur Ces données fiables sont utilisées efficacement en Afghanistan pour la prise de décision, ce qui a contribué à la réussite de leur programme de planification familiale. 

[PARTAGE DE TÂCHE]

Narrateur L'une des façons dont le Mozambique a pu intégrer la planification familiale dans d'autres services de santé a été le partage des tâches - un autre élément largement mentionné du succès de la planification familiale. Le partage des tâches est le processus de redistribution des tâches et des responsabilités en matière de santé à une variété de cadres de santé, dans le but d'offrir des services à un plus grand nombre de personnes. Grâce à l'arrivée de nouveaux prestataires de services de planification familiale, le Mozambique a pu élargir l'éventail des méthodes et améliorer l'accès. Voici le Dr Raquel.

Dr Raquel L'accès à la planification familiale a également été étendu aux communautés qui n'y avaient pas accès. Je dirai qu'à présent, la planification familiale est distribuée au niveau communautaire par les agents de santé communautaires, ce qui signifie que nous avons différents types de cadres qui fournissent la planification familiale.

Narrateur Et le Dr Riaz explique comment le Mozambique a utilisé le partage des tâches pour former des prestataires de services de planification familiale supplémentaires. 

Dr Riaz S'engager dans la formation d'autres prestataires qui ne sont pas des infirmières en santé maternelle et infantile. Parce que c'était gros, la plupart de ceux qui proposent les méthodes de PF sont les infirmières de santé maternelle et infantile. Mais il y a eu ensuite tout ce partage des tâches, ce transfert des tâches et ces formations sur le partage des tâches pour s'assurer que les autres prestataires pouvaient également offrir des services de PF. 

Conclusion

Narrateur Les programmes qui réussissent ont une forte volonté politique, maintiennent le financement dans le temps, coordonnent efficacement avec les partenaires, intègrent la planification familiale dans divers secteurs, communiquent efficacement, impliquent les jeunes, utilisent les données pour prendre des décisions et ont recours au partage des tâches. Ces huit éléments nous donnent une idée de la manière dont l'Afghanistan, le Kenya, le Mozambique et le Sénégal ont pu mieux répondre aux besoins en matière de contraception des femmes et des hommes, des jeunes filles et des garçons, des couples et des familles. 

Mais ces expériences dans les pays n'étaient pas sans obstacles. Rejoignez-nous dans deux semaines dans le prochain épisode pour en savoir plus sur les défis qu'ils ont rencontrés et sur la façon dont ils se sont adaptés. 

[Crédits]

L'histoire de la PF « Inside the FP Story » est un podcast produit par FP2030 et le projet Knowledge SUCCESS. Cet épisode a été écrit par Sarah Harlan et édité et mixé par Elizabeth Tully. Elle a été soutenue par une équipe supplémentaire, dont Ruwaida Salem, Brittany Goetsch, Alex Omari, Aissatou Thioye, Anne Kott, Laura Raney et Sofia Heffernan. 

Nous remercions tout particulièrement nos invités Beverly Nkirote, Emily Sonneveldt, Fatimata Sy, Ghutai Sadeq Yaqubi, Jason Bremner, Marème Dia Ndiaye, Raquel Zaqueu Das Neves, Riaz Mobaracaly et Sam Mulyanga.

Les opinions contenues dans ce podcast ne reflètent pas nécessairement les vues de l'USAID ou du gouvernement des États-Unis. 

Si vous avez des questions ou des suggestions pour les prochains épisodes, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse info@knowledgesuccess.org

Merci d'avoir écouté.